Aéroports de la Côte d’Azur : l'écologie au service de l'économie

Vue aéroport Nice

Pour Aéroports de la Côte d’Azur, 2019 est assurément un excellent millésime. Par les chiffres bien sûr. Qu’ils concernent la gestion aéroportuaire, notre cœur de métier, ou nos autres activités, de l’ingénierie au FBO, les indicateurs sont au vert et témoignent de la vitalité et de la solidité de notre entreprise. Mais le cru 2019 ne doit pas uniquement se mesurer à l’aune des résultats comptables. Il faut en retenir également son formidable potentiel, les perspectives que notre Groupe s’est ouvertes grâce à ses investissements pour une meilleure qualité de service et, plus encore, grâce à des décisions fortes et tranchantes en ce qui concerne l’environnement. Vous le savez peut-être déjà : nos plateformes afficheront un bilan carbone à zéro, en 2030 au plus tard, et ce, sans recours à la compensation.

Dynamisme économique et conscience écologique : voilà bien les deux piliers de notre activité en 2019. Ils sont plus que jamais indissociables. Car si nous voulons profiter de l’attractivité de notre région, nous devons en préserver absolument ce et ceux qui la font : sa douceur de vivre et ses habitants. Cet équilibre est primordial et, quoi qu’il advienne dans les années à venir, soyez sûrs que nous mettrons tout en œuvre pour le tenir.

Une large ouverture sur le monde

Qu’en est-il de notre activité économique en 2019 ? Elle a été plus que satisfaisante. Nice Côte d’Azur, Cannes Mandelieu et Golfe de Saint-Tropez, les trois aéroports azuréens gérés par le Groupe,
ont pleinement contribué à la prospérité de leur territoire. Le premier s’est notamment distingué en affichant durant l’été un réseau sans précédent, fort de plus de 120 destinations à travers le monde. Toutes ces lignes directes ont favorisé les échanges entre notre territoire, les grandes métropoles françaises et les poids lourds de l’économie mondiale : les pays de l’Union européenne bien sûr, mais aussi la Russie, l’Amérique du Nord, le Moyen-Orient et, pour la première fois de l’histoire, la Chine. Quel ne fut pas notre bonheur, pour ne pas dire notre fierté, lorsque nous avons inauguré, début août, la plus longue liaison jamais proposée au départ de la Côte d’Azur : un vol direct Nice-Pékin.

Grâce à ce programme de vols historique, plus de deux millions d’azuréens ont pu découvrir le monde, développer leur entreprise, visiter leur famille, poursuivre leurs études à l’international. Dans le même temps, cinq millions de voyageurs, venus du monde entier, ont irrigué l’économie locale et contribué ainsi à sa bonne santé. Cette fréquentation remarquable témoigne de l’aura de la Côte d’Azur. Cette notoriété est une chance. C’est aussi une responsabilité !

Une remise en question permanente

Parce qu’ils sont les premiers et derniers points de contact entre les touristes et notre région, nos aéroports doivent absolument fournir un accueil et une qualité de service dignes de la réputation d’excellence de la Côte d’Azur. Cela exige de nous que nous améliorons sans cesse nos infrastructures, que nous développions continuellement de nouvelles compétences, que nous déployions régulièrement de nouvelles technologies. C’est ce que nous avons fait et bien fait en 2019. Comment ? En refondant la zone A du Terminal 1 de l’Aéroport Nice Côte d’Azur pour offrir à nos passagers des conditions d’embarquement ou de débarquement optimales. En facilitant l’accès à la plateforme niçoise via le tramway, un Kiss & Fly fluidifié sur le Terminal 2 ou encore un service de valet de parking compétitif. En rejoignant le Collaborative Décision Making, ce tout nouveau système de gestion du ciel européen qui, par ses performances accrues, favorise la ponctualité de nos vols. En fluidifiant le parcours passagers grâce au déploiement des capteurs 3D, un outil qui nous permet d’anticiper les situations d’engorgement dans nos terminaux. En entretenant l’attractivité de notre offre commerciale afin que le shopping en nos murs soit avant tout un plaisir, voire une expérience. Et ce ne sont là que quelques exemples…

L’avenir dès à présent

Si, pour notre Groupe, elle a été riche en nouveautés, l’année 2019 l’est tout autant en promesses. La promesse d’une organisation toujours plus efficiente avec l’AirPort Operations Centre, le futur centre névralgique de l’Aéroport Nice Côte d’Azur. Celle de conditions d’accueil et de traitements des passagers améliorés grâce à l’agrandissement programmé du Terminal 2 de la plateforme niçoise. Celle, enfin et surtout, d’une éco responsabilité maximale. Zéro émission de gaz à effet de serre d’ici à 2030 : le défi a été lancé dès le second semestre 2019. Il a d’ores et déjà été gagné par l’Aéroport du Golfe de Saint-Tropez qui, grâce à la plantation d’une véritable forêt de 1100 arbres, à proximité de son terminal, est devenu le premier aéroport français et le quatrième en Europe à afficher un bilan carbone à zéro. Ses voisins niçois et cannois ont d’ores et déjà lancé les travaux et les études nécessaires pour arriver au même résultat.

La crise sanitaire de la COVID 19 va-t-elle briser cet élan ? Absolument pas ! Nous poursuivrons coûte que coûte notre programme « NetZero carbone 2030 » afin d’accueillir le rebond du trafic aérien dans les meilleures dispositions. Les circonstances l’exigent plus que jamais. En effet, si la « quasi » fermeture de nos pistes pendant deux mois et le ralentissement actuel de l’activité économique ont démontré l’importance du transport aérien pour notre territoire, cette situation inédite a également conforté les aspirations vertes et vertueuses de sa population. Ainsi, dans les mois et les années qui viennent, fort des progrès et des projets de 2019, Aéroports de la Côte d’Azur entend relever un double challenge : celui de participer à la relance de la Côte d’Azur et à la sauvegarde de ses emplois, tout en préservant son bien-être et son environnement.