Les Aéroports de la Côte d'Azur Carbone Neutres

Les Aéroports de la Côte d’Azur sont activement engagés pour préserver la qualité de l’air locale et lutter contre le changement climatique.

4-neutrality

L'Aéroport Nice Côte d’Azur a atteint l’ultime étape décisive dans la démarche engagée avec l’Airport Carbon Accreditation, celle de la Neutralité Carbone, deux ans avant la date que le groupe s’était fixée, soit à l’horizon 2018. Les aéroports de Cannes Mandelieu et du Golfe de Saint-Tropez ont eux aussi atteint cet ultime niveau en 2018.

Le niveau d’accréditation 3+ impliquant en effet que le gestionnaire aéroportuaire s’engage, après plusieurs années de réduction, à poursuivre les réductions et à compenser les émissions résiduelles pour atteindre la neutralité carbone des opérations sous contrôle de l’aéroport.

En effet, dès 2011, Aéroports de la Côte d’Azur avait intégré le programme indépendant Airport Carbon Accreditation permettant aux aéroports du monde entier de mesurer leur empreinte carbone et surtout de mettre en place des programmes de réduction drastique de leurs gaz à effet de serre, selon 4 niveaux différents (cartographie, réduction, optimisation et neutralité).

Compagnies aériennes, assistants, sociétés de fret, compagnies d’hélicoptères, commerces, restaurateurs, loueurs de voitures, sociétés de nettoyage, avitailleurs pétroliers, administrations, sociétés de sûreté etc., à ce jour ce sont 37 partenaires qui participent volontairement au programme Airport Carbon Accreditation.

Depuis 2010, la plateforme niçoise a réduit de plus de 75% ses émissions en kg équivalent CO2 par passager, notamment grâce au partenariat fructueux avec le Groupe Electricité de France avec la signature d’un contrat d’achat d’électricité d’origine 100% hydraulique française.

Les aéroports ont compensé cette année à hauteur de 1 961 tonnes équivalent CO2 leurs émissions directes au travers de 3 projets de compensation. Les méthodologies de calculs des gains en émissions de l’ensemble de ces projets sont certifiées par les Nations Unies. »

Les trois projets sont :

Captage et valorisation énergétique du méthane issus de la déchetterie Santa Marta au chili combiné sensibilisation et préservation des Préalpes d’azur : protéger un patrimoine français remarquable par AVVENA

Création de puits au Rwanda par SouthPole Group

Développement d’unités de compostage des déchets organiques au Togo, Cameroun et à Madagascar par la Fondation Good Planet 

Santa Marta Chili
South Pole Group
Fondation Good Planet

NET ZERO EMISSION

Les trois plateformes du Groupe Aéroports de la Côte d’Azur (Nice, Cannes et Saint-Tropez), ACA, ont déjà atteint la « neutralité carbone », selon le référentiel Airport Carbon Accreditation de l’ACI Europe. Mais nos efforts doivent nécessairement se poursuivre pour accéder au niveau « Net Zero Emissions ».
Ce nouvel engagement pris en juin 2019 est la réponse des gestionnaires d’aéroports aux accords de Paris et aux informations portées par le dernier rapport du GIEC. Nous devons avoir trouvé au plus tard en 2030 l’équilibre entre sources de carbone et puits de carbone.
Les Aéroports de la Côte d’Azur devront avoir réduit de manière drastique les émissions de gaz à effet de serre sous leur contrôle direct et mis en place des solutions en terme d’absorption locale des émissions résiduelles. Ces émissions résiduelles résultant de technologies/services ne pouvant éviter le recours à des énergies fossiles car encore inexistantes.
Nous avons donc pris la décision de tout mettre en œuvre afin que notre activité puisse perdurer durablement au bénéfice du plus grand nombre.
C’est une démarche forte porteuse d’ambitions mais aussi de coopération avec le monde aéronautique.

Dans les faits de quoi parle-t-on ?
  • Ne plus utiliser de véhicules utilisant de l’énergie fossile
  • Ne plus consommer de l’électricité carbonée
  • Ne plus utiliser des sources d’énergie utilisant de l’énergie fossile
  • Adopter des méthodes de travail requérant moins de déplacements
  • Porter une grande attention sur toute notre gestion numérique
  • Dans le même temps préserver la biodiversité existante et la faire prospérer
  • Favoriser l’économie circulaire

On voit bien que chacun dans son domaine de compétence a sa partition à jouer.