Un systeme unique en europe pour reduire les nuisances sonores de l’aire kilo

Publié le 29/05/2013 à 18:10 • Mis à jour le 29/05/2013 à 18:12

Aire-kilo

COMMUNIQUE DE PRESSE 

L’Aéroport Nice Côte d’Azur est la première plateforme en Europe à installer un système d’alimentation électrique pour les avions d’affaires visant à réduire les nuisances sonores sur l’aire qui leur est dédiée, l’aire Kilo.

Un souci de concertation croissant

En 2000, l’aire de démarrage de l’aviation d’affaires Kilo a été créée suite au déplacement de la piste nord vers le sud. Cette zone de stationnement est réservée en priorité aux avions restant plus de 24 heures.
Depuis 2001, l’Aéroport Nice Côte d’Azur a été confronté à un certain nombre de plaintes de riverains niçois proches de l’aire de démarrage Kilo. En effet, l’utilisation des moteurs auxiliaires de puissance (APU) lors de la mise en route des appareils est une source de nuisances sonores, notamment durant l’été où le trafic d’aviation d’affaires est le plus élevé et où les riverains vivent avec les fenêtres ouvertes, compte tenu de la chaleur estivale.

Depuis 2008, l’amélioration du paysage sonore compte également parmi les priorités de la Métropole. Cet axe s’est concrétisé en 2010 par un Plan de Prévention du Bruit dans l'Environnement, premier plan intercommunal en France. Attentive à cette problématique, la Métropole Nice Côte d’Azur, par l’intermédiaire des différents élus participe activement, au sein du groupe de travail Bruit et de la Commission Consultative de l’Environnement de l’Aéroport et des comités de quartier, aux réflexions visant à trouver des solutions pour améliorer la qualité de vie des riverains.

Pour rappel, un dispositif d’insonorisation des riverains financé par la taxe sur les nuisances sonores aériennes (TNSA) a été créé. Des établissements publics ont été aidés pour réaliser des travaux d’insonorisation, comme par exemple l’école élémentaire Nice Flore, qui a été aidée ce printemps à hauteur de 380 000 €.

A ce jour, le nombre de logements ayant bénéficié du dispositif d’aide à l’insonorisation s’élève à 1800. Avec la prise en charge à 100 % du coût des travaux (jusqu’à un certain plafond) depuis 2012, c’est désormais un rythme annuel de 270 logements qui bénéficient d’une aide à l’insonorisation pour une dépense annuelle de 1,3 million d’euros.

Dans sa volonté de maitriser les nuisances et de veiller durablement au respect de l’environnement, Aéroports de la Côte d’Azur a adopté rapidement certaines mesures, ainsi que des solutions palliatives :

  • En 2004-2005, des aires de mise en route des avions ont été aménagées dans la zone la plus éloignée des habitations. Depuis, le nombre de plaintes a baissé, puisque 3 seulement portant sur l’aire Kilo ont été reçues en 2012.
  • En 2010, des panneaux d’avertissement ont été posés sur l’aire Kilo, rappelant l’arrêté limitant l’utilisation des APU à 30 mn sur les postes de démarrage, avec verbalisation des avions au-delà (5 manquements relevés en 2010, 2 en 2011 - cf. rapport ACNUSA).
  • En janvier 2012, les postes de démarrage ont été déplacés de 30 mètres vers le sud afin de réduire encore l’émergence de bruit de 1 à 2 décibels.
  • En juin 2012, Un NOTAM (Notice To AirMen) interdit l’utilisation des postes de démarrage KILO entre 23h00 et 6h00.
  • Un partenariat avec les plateformes transfrontalières de Gênes et d’Albenga a été mis en place pour un développement concerté et maîtrisé de l’aviation d’affaires ainsi qu’un délestage stratégique de l’aire Kilo en période de pointe.

Néanmoins insuffisantes, ces solutions appelaient à une concertation encore plus collective entre la Métropole et Aéroports de la Côte d’Azur, pour continuer à veiller ensemble au développement des activités aéronautiques sur la plateforme niçoise, dans le respect de la qualité de vie et de la santé des habitants. Ainsi ont-ils abouti, grâce au travail mené avec la Commission Consultative de l’Environnement, sous la Présidence de Monsieur le Préfet, à de nombreuses avancées positives comme :

  • Le travail commun avec les riverains sur le Plan de Gêne Sonore a abouti à une augmentation de son périmètre et donc du nombre de riverains pouvant être indemnisés (+ 1295 personnes, soit +700 logements par rapport à 2004) ainsi que de la prise en charge, depuis le 1er janvier 2012, à 100% des travaux d’insonorisation.
  • Un arrêté concernant les vols de nuit est appliqué actuellement sur la plateforme aéroportuaire pour les avions les plus bruyants qui ne respectent pas le seuil acoustique le plus restrictif en France (seuil difficile à appréhender appelé 13 EPN-dB) et sont de fait interdits d’atterrissage entre 23h30 et 6h15 et de décollage entre 23h15 et 6h.

Dans le souci d’aller toujours plus loin dans la concertation, la Métropole Nice-Côte d’Azur, les Riverains, la Préfecture et la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) ainsi qu ’Aéroports de la Côte d’Azur ont mené une réflexion collective et approfondie pour que des mesures de réduction des nuisances soient envisagées à la source. Et pour déterminer la solution offrant le meilleur compromis entre la réduction effective et durable du bruit perçu par les riverains, l’amélioration de la qualité de l’air et les aspects sécurité, exploitation et finances.

Grâce à l’utilisation de systèmes d’alimentation autonomes (dits pop-up) en climatisation et en électricité sur les postes de démarrage des avions, un dispositif unique en Europe, les pilotes auront à disposition une énergie leur permettant de fortement limiter le recours aux moteurs auxiliaires de puissance pour démarrer. Des trappes sous chaque poste de démarrage des avions donneront accès à un système centralisé d’électricité et de froid/chaud.
Une solution globale, citoyenne et responsable

  • Fidèle à la démarche environnementale

Avec l’alimentation en climatisation et en électricité des avions, ce sont de nombreuses heures quotidiennes d’utilisation des APU qui seront supprimées, et moins de kérosène consommé avec l’effet corrélatif sur la qualité de l’air et les émissions de gaz à effet de serre. Ce dispositif s’inscrit également de manière vertueuse dans la démarche de réduction des gaz à effet de serre menée par l’Aéroport Nice Côte d’Azur dans le cadre de l’Airport Carbon Accreditation (ACI Europe) et des engagements pris dans le cadre du Plan Climat 06, en faveur de l’amélioration de la qualité de l’air.

  • Un financement intelligent

Sur la base du principe « pollueur/payeur» l’Aéroport Nice Côte d’Azur va mettre en place une redevance spécifique qui financera les travaux d’atténuation des nuisances sonores et d’amélioration de la qualité de l’air à la source, générées par l’utilisation de l’aire de démarrage de l’aviation d’affaires. Ainsi, l’aviation d’affaires va contribuer de manière exclusive à la réduction des nuisances dont elle est à l’origine.

  • La réconciliation des légitimités économiques et sociétales

L’amélioration de la qualité de vie des riverains et la diminution des émissions ne conduisent pas à des charges supplémentaires, ni pour la collectivité, ni pour les usagers concernés.
Début des travaux : automne 2013/ 2014
Mise en place prévue pour 2014 (début d’exploitation : mai 2014).
Chaque emplacement avion des postes de démarrage